Le Théâtre de la Maladrerie

Notre petite histoire...

La naissance de la Maladrerie…

Une amitié commune, quatre individus, des éclats de rire, , une passion dévorante: il n’en fallait pas plus pour que naisse, en septembre 1998 le Théâtre de la Maladrerie-Cie du Radeau (appellation officielle de notre asbl).

Vingt-trois années de traversées remplies d’aventures rocambolesques, de joie, de merveilleuses rencontres, quelques tempêtes, quelques pertes, quelques amis partis pour un autre ailleurs mais le rafiot est solide et l’équipage toujours renouvelé et passionné.

Un nouveau projet est né en 2018, La Petite Brocéliande.

Au fil des voyages, le radeau est devenu un navire de haute mer. Nous vous invitons à monter à bord pour sa 24e traversée.

Le théâtre, reflet de l’homme et miroir de l’âme. Lorsque le brigadier frappe les planches, un autre univers commence. Le métier des baladins crée sous nos regards éblouis un monde magique où tout devient possible mais cet univers est aussi le reflet d’une société en manque de rêves qui se cherche. Le théâtre offre, enfin, le spectacle de l’existence humaine. Chaque théâtre décide de la place qu’il accorde à son public, actif ou tenu à distance. Nous, nous avons décidé de vous donner toute la place. Bienvenue au petit théâtre de la Maladrerie.

Paty Vanderstichelen

Extrait de l'Edito du n° 1 du bulletin d'information "En compagnie du radeau" - septembre 1998

Activités & évolution

Nous créons 4 spectacles dans la saison (et 2 hors saison avec les stagiaires des ateliers ados et adultes)

Le genre des créations varie. Nous avons monté des pièces telles que « Pièges pour un homme seul » de Robert Thomas, « Les Fourberies de Scapin », « L’Avare » et « Le Malade Imaginaire » de Molière, « Beaucoup de bruit pour rien » de William Shakespeare, « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand (2 fois), « Capitaine Fracasse » de Thierry Debroux, mais aussi plus intimistes comme « Chut » de Pierrette Dupoyer, « La Petite Histoire » d’Eugène Durif, « Petits Crimes Conjugaux » et « La Nuit des Valognes » d’Eric-Emmanuel Schmitt, « Les Monologues du Vagin » d’Eve Ensler,… (voir Galeries des Affiches et Photos)

Ces 4 évènements s’articulent de la façon suivante :

  • Une comédie, début de saison, en octobre
  • Un spectacle pour enfants en décembre où se confondent des techniques pluridisciplinaires (mîmes, marionnettes, projections, musique). Après avoir servis des auteurs comme Annette Beghin et son « Petit chat Miroir, René Escudé dans « Sanarin et la bête à manger les vilains », Roland Rogero pour « La princesse et l’homme sans cœur » ou encore Gilbert Léautier pour « le Lutin aux Rubans », les
    spectacles pour enfants sont désormais des créations de la Maladrerie pour la Maladrerie. Depuis 8 ans, un personnage récurent est entré dans la vie des enfants fidèles aux spectacles de la Maladrerie. Un personnage incontournable « Mademoiselle Sissi » une « véritable souris de théâtre », impertinente et gourmande, devenue une star (la seule permise d’ailleurs à la Maladrerie). Elle nous a emmené dans divers horizons comme «Le Roman de Renard » (où elle faisait une petite apparition remarquée d’où l’engouement actuel), dans l’univers de Dickens avec « Le Conte de Noël (Scrooge) », « Au pays d’Oz », « Au pays des merveilles avec Alice », « A la recherche du temps perdu », dans une sombre affaire de fromage avec « Sherlock Holmes » et une quête dans l’univers féérique d’Excalibur avec « Indiana Jones » (voir galerie des affiches).
  • Un cabaret textes en février, où la part belle est donnée à la poésie et à la littérature sur différents thèmes (voir galeries des affiches et photos).
  • Et, en fin de saison, en mai un spectacle à plus grande distribution, classique, moderne ou adaptation (voir galeries des affiches et photos).

Le Théâtre de la Maladrerie propose également des animations théâtrales dans les établissements scolaires, ainsi que des stages de théâtre pour enfants ou adolescents en juillet/août et un atelier théâtre permanent pour Ados et Adultes (1x/semaine Les ateliers-théâtre) et une nouvelle porte s’ouvre sur le conte (Antenne Petite Brocéliande).